منتـــــــدى التعــــــليم الثــــــــانوي بـــــسفـــــيزف

منتـــــــدى التعــــــليم الثــــــــانوي بـــــسفـــــيزف

منـــــتدى خــــاص بالتعــــــليم الثــــــــانوي

المواضيع الأخيرة

» تخصص محروقات وكيمياء
الأربعاء أكتوبر 07 2015, 11:28 من طرف مهاجي30

» الفرض الاول علمي في مادة الأدب العربي
السبت نوفمبر 22 2014, 14:57 من طرف slim2011

» الفرض الاول ادب عربي شعبة ادب و فلسفة
السبت أكتوبر 18 2014, 06:35 من طرف عبد الحفيظ10

» دروس الاعلام الآلي كاملة
الثلاثاء سبتمبر 23 2014, 09:24 من طرف mohamed.ben

» دروس في الهندسة الميكانيكية
الخميس سبتمبر 18 2014, 04:37 من طرف nabil64

» وثائق هامة في مادة الفيزياء
الأربعاء سبتمبر 10 2014, 21:12 من طرف sabah

» طلب مساعدة من سيادتكم الرجاء الدخول
الجمعة سبتمبر 05 2014, 19:57 من طرف amina

» مذكرات الأدب العربي شعبة آداب و فلسفة نهائي
الجمعة سبتمبر 05 2014, 19:53 من طرف amina

» مذكراث السنة الثالثة ثانوي للغة العربية شعبة ادب
الثلاثاء أغسطس 19 2014, 07:29 من طرف walid saad saoud

» les fiches de 3 as* projet I**
الجمعة يوليو 11 2014, 11:51 من طرف belaid11

مكتبة الصور



    proposer des sujets de bac

    شاطر

    ليلى
    المراقب
    المراقب

    الجنس : انثى عدد المساهمات : 394
    تاريخ التسجيل : 29/05/2011

    proposer des sujets de bac

    مُساهمة من طرف ليلى في الثلاثاء مايو 31 2011, 17:55

    الجمهورية الجزائرية الديمقراطيــــــــة الشعبية
    وزارة التربية الوطنية

    امتحان بكالوريا تجريبي*دورة مـــــــاي -2010-*
    شعبةتقني رياضي و علوم تجريبيةالمدة: ساعتان و نصف

    اختبار في مادة اللغة الفرنسية- لغة أجنبية أولى-

    - الموضوع الاول-

    Texte
    Le massacre


    Le chef du gouvernement français provisoire, le général de Gaulle, ordonne l'intervention de l'armée [sous le commandement du général Duval dans une répression violente contre la population indigène. La marine y participe grâce à son artillerie, ainsi que l'aviation. Le général Duval rassemble toutes les troupes disponiblessoit deux mille hommes[]. Ces troupes viennent de la Légion étrangère, des taborsmarocains qui se trouvaient à Oran en passe d'être démobilisés et qui protestent contre cette augmentation de service imprévue, une compagnie de réserve de tirailleurs sénégalais d'Oran, des spahis de Tunis, et les tirailleurs algériens en garnison à Sétif Kherrata et à Guelma.

    La répression, menée par l'armée et la milice de Guelma, est d’une incroyable violence : condamnation sommaire, massacres de civils, bombardements de mechtas. Deux croiseurs, le Triomphant et le Duguay-Trouin, tirent plus de 800 coups de canon depuis la rade de Bougie sur la région de Sétif. L'aviation bombarde et rase plus ou moins complètement plusieurs agglomérations kabyles. Une cinquantaine de « mechtas » sont incendiées. Les automitrailleuses font leur apparition dans les villages et elles tirent à distance sur les populations. Les blindés sont relayés par les militaires arrivés en convois sur les lieux. À l’image d’une milice de 200 personnes qui se forme à Guelma sous l'impulsion du sous-préfet André Achiary qui distribue toutes les armes disponibles[], soit les 60 fusils de guerre qui équipaient les tirailleurs et se livre à une véritable chasse aux émeutiers. Pendant deux mois[], l’Est de l’Algérie connaît un déchaînement de folie meurtrière.

    De nombreux cadavres ne peuvent être enterrés ; ils sont jetés dans les puits, dans les gorges de Kherrata en Kabylie. Des miliciens utilisent les fours à chaux pour faire disparaître des cadavres. Saci Benhamla, qui habitait à quelques centaines de mètres du four à chaux d’Héliopolis, disait que l'odeur des cadavres était insupportable et que les camions allaient et venaient décharger les cadavres qui brûlaient et qui dégageaient une fumée bleuâtre. De nombreux dirigeants politiques et militants, du Parti du peuple algérien (PPA), des Amis du manifeste de la liberté (AML) (dont le fondateur Ferhat Abbas) et de l'association des oulémas furent arrêtés. Lorsqu'une faction ou un douar demandait l’aman (« le pardon »), l'armée réclamait les coupables. Le résultat de ce carnage était au environ de 45000 morts.
    Wikipédia, l'encyclopédie libre.


    I°- Compréhension de l’écrit :



    1-Complétez le tableau suivant à partir du texte :


    Qui ?
    Quoi ?
    Où ?
    Quand ?
    Cause(s)
    Conséquence(s)







    2-Relevez du texte 4 expressions ou mots appartenant au champ lexical de "massacre"



    3-Trouvez dans le texte un terme de même sens que le mot souligné dans cette expression :

    « la population indigène. »



    4-"La répression, menée par l'armée".

    le mot souligné veut dire :

    a- Le pardon

    b-Le châtiment

    c-La solution

    →Choisissez la bonne réponse



    5- Combien de temps selon le texte ont duré les massacres?



    6-« L’armé a fait en sorte de ne pas laisser les traces des crimes qu’elle a commises ».

    Relevez les phrases qui illustrent cette idée !



    7-Quelle est la visée communicative (le but) de l’auteur à travers ce texte ?



    8-Trouvez quatre mots et expressions qui indiquent la présence de l’auteur dans le texte

    (les modalisateurs) !



    9-Saci Benhamla disait que l'odeur des cadavres était insupportable et que les camions

    allaient et venaient décharger les cadavres qui brûlaient et qui dégageaient une fumée

    bleuâtre.

    → Réécrivez cette phrase en la commençant ainsi:

    Saci Benhamla disait : « ……..



    II°) Production écrite :

    Traitez un sujet au choix



    1-Faites le compte-rendu objectif de ce texte.



    2-« Durant de longues années, le peuple algérien a vécu la torture et la répression suite au colonialisme français. Peut-on considérer les tueries et lesmassacres commis en Algérie le

    08 mai 45 comme un crime contre l'humanité? Rédigez un texte dans lequel vous exprimez

    votre point de vue tout en justifiant avec des arguments et des exemples..















    الجمهورية الجزائرية الديمقراطيــــــــة الشعبية
    وزارة التربية الوطنية

    امتحان بكالوريا تجريبي*دورة مـــــــاي -2010-*
    شعبة: آداب و فلسفة المدة: ساعتان و نصف

    اختبار في مادة اللغة الفرنسية- لغة أجنبية أولى-




    - الموضوع الاول-
    Guerre d’Algérie.


    (Un ancien appelé, fiché comme " subversif ", raconte ce qu’il " n’avait jamais dévoilé jusqu’ici ", même à ses proches.)

    [b] Les interrogatoires qui se passaient dans la grande salle du sous-sol de la villa Susini étaient généralement horribles. Généralement le prisonnier devait se mettre nu. L’état-major ayant expliqué que de ceCe que je rends public aujourd’hui, par ce texte, je ne l’avais encore jamais dévoilé, même pas à mes plus proches : frères, sœurs, femme, enfants, amis. J’avais seulement évoqué, que j’avais vu des actes de torture, que mon séjour en Algérie avait été très dur, mais j’avais toujours fui les questions à ce sujet. J’avais une très profonde honte de ce qui s’était passé. Jeune, comme la majorité de l’époque, j’ai participé à des manifestations pour dire non à la guerre d’Algérie, je me suis fait arrêter plusieurs fois : j’ai été fiché comme *" subversif ".

    [b] Ce qui est surprenant, c’est que je me suis retrouvé affecté bizarrement dans le service d’officier de renseignement du 184è bataillon du train à la villa Susini d’Alger. Ce service était chargé de " collecter " toutes les informations possibles sur les activités du FLN à Alger.


    Ma" 1ère expérience ", c’est le surlendemain de mon arrivée : un soldat se fait tuer à Belcourt parce qu’il avait, seul, dans la rue, demandé ses papiers à un Algérien qu’il ne connaissait pas comme habitant le quartier. Cela a provoqué des représailles : les militaires de ce régiment sont partis, en commando " venger " le copain. Le bilan effectué au retour de cette " opération " punitive par les différents groupes y ayant participé était de plus de 400 personnes exécutées. Cela avait duré presque tout l’après-midi : tous les hommes trouvés dans les logements (c’est-à-dire de 14 à 80 ans) étaient abattus devant les femmes et les jeunes enfants.

    tte façon, celui qui était interrogé ne pouvait que se sentir inférieur et plus facilement contraint à parler. Le traitement était identique pour les femmes. La plupart des interrogatoires qui se passaient en sous-sol étaient faits sur la table souvent trop courte pour que la personne soit complètement allongée, souvent attachée aux pieds de la table par les membres. Et là l’horreur pouvait durer des heures : des coups en tout genre (poing, bâton, pistolet, ceinturon…) sur toutes les parties du corps, les cheveux arrachés... (…)

    Pendant cette période, j’ai fait ce que je pensais pouvoir faire pour limiter au maximum cette participation à ce qui me révoltait au plus fort de moi.

    Mais c’est à titre collectif, que j’ai le sentiment, comme Français ancré dans l’idée de la liberté, et le combat nécessaire pour la défendre, de porter une part de culpabilité de torture dans cette période.
    Henri Pouillot : " La guerre, cet enfer "


    *Subversif : qui agit dans un sens contraire à l’ordre social

    I°- Compréhension de l’écrit :



    1) - La personne qui parle dans le texte est :

    *un journaliste. *un historien. *un témoin.

    → Choisissez la bonne réponse !



    2)-Quelle était sa fonction en Algérie? De quoi était-il chargé ?



    3)- Quelle était sa position envers la guerre en Algérie ?

    →Justifiez votre réponse avec une expression prise dans le texte !



    4)-Pourquoi le fait d’avoir été affecté dans le service d’officier de renseignement était surprenant

    pour le narrateur ?



    5)-Le narrateur se sentait-il personnellement coupable ?

    Relevez une expression qui le confirme dans le texte !



    6)- Trouvez le champ lexical du terme « torture » dans le texte !



    7)-« Il n’avait jamais dévoilé…. »

    le mot souligné signifie :

    *caché. *écrit. *révélé.

    Cool- A qui renvoient les pronoms soulignés dans ces passages :

    * « J’avais une très profonde honte… »

    * « un Algérien qu’il ne connaissait pas… »

    *« celui qui était interrogé ne pouvait… »

    9)- « un soldat était tué à Belcourt parce qu’il avait demandé à un Algérien ses papiers, dans la rue. »

    Réécrivez l’énoncé ci – dessus en employant le verbe « provoquer » et effectuez les transformations nécessaires.

    II°) Production écrite :

    Traitez un sujet au choix



    1-Faites le compte-rendu objectif de ce texte.



    2-« Durant de longues années, le peuple algérien a vécu la torture et la répression suite au colonialisme français. Peut-on considérer les tueries et lesmassacres commis en Algérie le

    08 mai 45 comme un crime contre l'humanité? Rédigez un texte dans lequel vous exprimez

    votre point de vue tout en justifiant avec des arguments et des exemples.


























    [/b]
































    [/b]




    myahia
    Admin
    Admin

    الجنس : ذكر عدد المساهمات : 891
    تاريخ التسجيل : 31/12/2010
    الموقع : sba

    رد: proposer des sujets de bac

    مُساهمة من طرف myahia في الثلاثاء مايو 31 2011, 19:23

    جازاك الله الف خير عنا و عن جميع التلاميذ
    بارك الله فيك و زادك من علمه


    _________________
    [ندعوك للتسجيل في المنتدى أو التعريف بنفسك لمعاينة هذه الصورة]

      الوقت/التاريخ الآن هو السبت ديسمبر 10 2016, 14:37